Bilan de la JAM FLIP 2016

Jam FLIP 2016 : création de prototypes de jeu de société sous contraintes ! Au Festival des Jeux FLIP de Parthenay !Préambule

Les Jams font généralement parti des évènements sur les jeux vidéo. Toutefois, nous avons intégré le concept en 2014 au FLIP sur les jeux de société afin d’avoir un temps de création de prototypes sous contraintes.

L’ADN du festival, ce sont les auteurs de jeux ainsi que les prototypes. Il existe trois temps différents sur l’événement :

Qu’est-ce que la JAM FLIP ?

La JAM FLIP, c’est la création de jeux sous contraintes en un temps relativement court.
Avec les animateurs de l’association Tout le Monde Joue (Gilles et Anthony), nous avons souhaité proposer l’aide de coachs aux équipes présentes.

Cette année, ce sont Jérémie Caplanne, auteur des Taxis de la Marne, Karibou Camp, Tweegles, OK Corral et Baba Yaga, ainsi que Jean-Louis Roubira, Dixit et Feelings qui ont accepté d’être coach.

Le but de leur présence, échanger, aiguiller et aider les créateurs en herbe à développer leur prototype.

Le déroulement

Cette JAM FLIP en est à sa 3ème édition.
Le jeu a commencé le mercredi 13 juillet, pour se finir 24h plus tard. 3 équipes de 4 personnes se sont essayées à l’exercice, avec des joueurs mais également quelques auteurs de jeux.
Les trois contraintes données aux équipes:

  • Le temps – 24h
  • Le thème – les moutons
  • L’explication de la règle ainsi qu’un tour de jeu faisable en maximum 1h.

Une équipe, composée d’auteur n’a pas souhaité travailler avec un coach. Ce qui a permis à Jean-Louis et Jérémie de s’occuper exclusivement d’une équipe chacun.

Chacun a apporté sa pierre à l’édifice et le travail des équipes a été différent. Deux équipes sont parties du matériel existant et celle de Jean-Louis Roubira a cogité sans se soucier du matériel.

Les trois équipes ont pu commencer à développer leurs jeux en direct sur le festival, et une fois celui-ci fermé, elles ont pu continuer soit sur l’espace resté ouvert, soit dans d’autres lieux de la ville plus propices à la réflexion et à la réalisation du prototype (Une équipe a trouvé refuge dans un bar).

Le lendemain, les équipes se sont scindées afin de finaliser le prototype et aussi écrire les règles.
Tout a été terminé pour 15h avec 3 jeux aboutis.

Le jury a testé les 3 prototypes. Il était composé de Gilles, Anthony, Jean-Louis, Jérémie et moi-même. Voici le nom des trois jeux :

  • Leadersheep, jeu de gestion de troupeaux en montagnes
  • Pan’urge, jeu semi-coopératif de gestion de bergeries
  • Sheep’endale, jeu de tonte de mouton écossais, avec des rebondissements comme la rencontre avec d’autres bergers.
le prototype LeaderSheep le prototype de Pan'urge le prototype de Sheep'endale
Leadersheep Pan’urge Sheep’endale

Les trois jeux étant très bien finalisé, le choix du vainqueur a été difficile, toutefois c’est Pan’urge qui a gagné.

L’avis de Jérémie Caplanne (Coach)

Jérémie CaplanneY : Quel était ton rôle dans cette Jam ?

J : J’ai été contacté par les organisateurs, Yohann du Coin-Coin et l’Association Tout le Monde Joue, pour tenir le rôle de « coach », autrement dit pour apporter mon soutien aux jammers dans le processus de conception de leur jeu. Ma fierté était comblée mais en vrai je n’avais alors aucune idée de mon rôle exact… J’étais surtout très curieux de cette expérience originale et je m’enthousiasmais de rencontrer Jean-Louis Roubira, le second « coach » de cette Jam. Des motivations plutôt égoïstes.

Le 13 juillet à 14h, les organisateurs ont rassemblés les jammers pour leur annoncer les règles et les contraintes de création. C’est à ce moment là qu’il a été décidé de former 3 équipes de 4 personnes : Jean-Louis s’occuperait d’une équipe, moi d’une autre et la troisième resterait autonome. Mon premier regret a été que les équipes se soient retrouvées quelques minutes plus tard chacune de leur côté dans des lieux différents. Je suis donc resté avec « mon » équipe et nous nous sommes attelés à la tâche, il n’y avait pas de temps à perdre.

Y : Comment as tu vécu cette Jam FLIP ?

J : Comme une première fois ! C’est à la fois surprenant, enivrant mais tellement frustrant…

Surprenant car nous ne nous connaissions ni les uns ni les autres, des personnes différentes animées par une volonté commune : concevoir un jeu.

Enivrant car au début du processus les idées fusent, partent dans tous les sens, montent, bifurquent, se télescopent, retombent, explosent en plein vol. Un vrai feu d’artifice !

Frustrant car je n’avais aucune méthode à leur apporter et je devais taire mes propres idées puisqu’ils en produisaient déjà tellement ! J’ai donc beaucoup observé et écouté. Je les ai aidé de temps en temps à revenir sur l’essentiel, j’ai insisté sur ce qui me semblait être les bonnes pistes à suivre, j’ai recentré les discussions autour de  la thématique imposée, j’ai départagé certaines égalités, je les ai aidé à finaliser leur prototype. En fait j’ai le sentiment de ne pas avoir été très utile car peu productif, un peu à l’écart du groupe : c’est peut-être ça finalement le rôle de « coach ».

Y : Est ce différent en termes de création par rapport à ton fonctionnement (de création) ?

J : Oui. Car il m’a semblé que le challenge le plus grand n’est finalement pas tant la conception du jeu en elle-même mais plutôt l’élaboration d’une dynamique de groupe enrichissante entre Fanny, Tony, Dimitri et Frédéric. Quatre personnes qui doivent s’unir sur des concepts, même ludiques, ce n’est pas clairement pas évident !

Moi j’ai plutôt l’habitude de travailler seul ou à deux et ce n’est déjà pas toujours facile de se comprendre, de convaincre, de concéder, de reconnaitre ses erreurs, etc. Cette Jam a donc été pour moi une nouvelle expérience de groupe.

Y : Comment ton équipe a préparé son Proto ?

J : Les jammers disposaient de deux caisses remplies de matériel de jeu : dés, jetons, plateaux, cartes… Ils ont utilisés des tuiles du jeu Escape sur lesquelles ils ont collé du papier coloré pour former le plateau de jeu, les pions de Qwirkle pour symboliser des moutons, du papier épais imprimé avec Photoshop pour les cartes et du carton pour le support de cartes. Cette dernière étape s’est déroulée très rapidement à la fin des 24h après toutes les phases de tests possibles.

Et les délibérations, est ce plus simple que ton expérience de jury dans les trophées FLIP Créateurs ?

Non. Nous avions préparé une fiche d’évaluation en amont avec ce qui nous semblait être des critères objectifs… Mais les trois jeux présentés étaient de très bon niveau et il a fallut aller chercher dans les détails pour les départager. Mon second regret est donc d’avoir dû faire un classement un peu artificiel alors que l’esprit était plutôt au partage et à la saine émulation.

Y : Un dernier mot ?

J : Suite à cette 3ème Jam réussie, je pense que la suivante va encore évoluer pour tendre vers l’organisation d’un évènement important au sein du FLIP, qui s’emploie depuis une trentaine d’année à soutenir les auteurs de jeu et promouvoir la créativité ludique. Cela pourrait passer par le soutien d’un sponsor par exemple… Rendez-vous en Juillet 2017 !

Au final

Chaque équipe est repartie avec son prototype sous le bras avec le souhait de continuer à le développer.

L’expérience menée avec des coachs a aussi été très appréciée par les équipes. Le jury va faire un retour sur les trois jeux aux équipes afin de les aider dans le développement. La JAM FLIP cherche encore sa vitesse de croisière mais cette édition a été intéressante.

Elle sera de nouveau au programme du FLIP 2017 qui aura lieu du 12 au 23 juillet. Est-ce que le système de coach sera conservé ? Sans doute …!